Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez de les recevoir sur votre terminal.

Déontologie du coach


Outre le contrat qui fixe le cadre de l’intervention, le coach est soumis à une déontologie qui définit les limites de son action.

 

Code de déontologie


Exercice du métier et mise en oeuvre
Le coach s’autorise à exercer sa fonction à partir de ses connaissances, sa formation et son expérience et se doit de se former régulièrement.
Il s’engage à utiliser toutes ses compétences – obligation de moyen - pour aider le coaché dans la résolution de ses problèmes et à informer ce dernier si ses problèmes sortent de son champ de compétence.
Il s’engage enfin à informer le coaché s’il considère que ce dernier ne tire plus bénéfice de la relation d’aide et à l’inciter à y mettre fin le cas échéant.

Contrat
La mission de coaching est précisée par un contrat comportant l’objectif de la mission, le cadre de l’intervention (durée, déroulement, tarif) ainsi que le degré de confidentialité souhaité.

Confidentialité
Le coach s’astreint au secret professionnel. Il s’engage à ne pas divulguer d’information transmise par le coaché sauf en cas d’autorisation expresse de ce dernier ou d’exigence contraire de la loi.

Respect des personnes et des lois
L’accompagnement du coaché se fait en tenant compte de son environnement et du contexte. Le coach pose son action dans l’intérêt du coaché, mais y intègre l’intérêt du système auquel le coaché participe.
Le coach s’interdit d’exercer tout abus d’influence et se doit d’éviter tout conflit d’intérêt.
Il refuse également d’accompagner le coaché à agir en dehors de la loi.
Enfin, en aucun cas le coach ne décide à la place du coaché. Il laisse toujours au coaché la responsabilité de s décisions.

Refus de prise en charge ou interruption de mission
Le coach peut refuser une mission en son âme et conscience.
Le coach s’autorise également à interrompre une mission, en concertation avec le coaché ou l’entreprise donneuse d’ordre, dans le cas où il constaterait que les conditions de réussite de son intervention ne sont plus réunies.

Supervision
Le coach s’engage à recourir à un superviseur en cas de besoin, c'est-à-dire à avoir une personne de référence à laquelle s’adresser si la situation l’exige (quand les problèmes du client font ressurgir certaines difficultés personnelles chez le coach ou quand le coach sent qu’il a besoin de prendre du recul par rapport à sa relation avec le client).

Haut